solde louboutin pas cher Mon gras pas mal.

solde louboutin KIEV (Rentiers) - La Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI) ont prévenu vendredi l'Ukraine, qui espère recevoir sous peu une aide financière internationale, que l'urgence était pour l'heure à l'évaluation des besoins précis du pays. Une délégation du FMI est attendue la semaine prochaine à Kiev où elle rencontrera les représentants du nouveau pouvoir ukrainien qui ont évalué à 35 milliards de dollars les besoins du pays en 2014 et 2015. Le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, a déclaré que des "mesures concrètes" étaient en cours de préparation pour obtenir l'aide financière de la communauté internationale, une aide qu'il aimerait percevoir dans "un avenir proche". Le gouvernement, a-t-il dit, va demander à la banque centrale de travailler à un vaste programme de prêt à mettre en oeuvre une fois que la situation sera stabilisée. "J'espère qu'à court terme nous allons recevoir des devises étrangères qui nous aideront à relever nos réserves et à stabiliser la situation", a-t-il expliqué. Les réserves de devises étrangères sont passées de 17,8 milliards de dollars à 15 milliards de dollars au 1er février en raison des interventions de la banque centrale pour soutenir la monnaie nationale, le hryvnia. La banque centrale a ensuite cessé de soutenir sa devise. Le taux de change s'établissait à 10,50 BAH= pour un dollar vendredi contre 8,2 en début d'année. Le gouverneur de la banque centrale, Stephan Koubiv, a annoncé un contrôle des capitaux, limitant à 15.000 hryvnia (1.100 suros) par jour les retraits autorisés par personne en devises étrangères. Il a précisé que l'Ukraine disposait de réserves suffisantes pour payer ses créanciers mais n'a pas précisé sous quels délais. PAS DE RAISON DE PANIQUER, DIT LAGARDE Un diplomate européen a indiqué jeudi que les nouveaux dirigeants ukrainiens avaient informé l'Union européenne que leur économie avait besoin d'une injection immédiate de quatre milliards de dollars. Kiev doit un milliard de dollars à Gazprom, le géant russe des hydrocarbures, en paiement de ses livraisons de gaz pour 2013 et 2014. Dès lundi, la Commission européenne enverra sur place une équipe d'experts chargés de rencontrer des responsables du ministère des Finances et de la Banque centrale et de chiffrer précisément les besoins du pays. "La première chose à faire, c'est de comprendre avec précision de combien ils ont besoin", a-t-on dit vendredi au sein de la Commission européenne. "Beaucoup de chiffres sont évoqués et tout cela n'aide pas à clarifier la situation." A Washington, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé qu'il n'y avait aucune raison de paniquer au sujet de la demande d'aide de l'Ukraine. "Nous ne constatons rien qui soit critique, rien qui mérite de paniquer pour le moment", a-t-elle dit à la presse. "Nous espérons que les autorités (ukrainiennes) vont s'abstenir de lancer des tas de chiffres qui sont vraiment dénués de sens avant qu'il n'y ait eu une véritable estimation". "Je crois qu'il est très prématuré d'évaluer les besoins financiers du pays", a-t-elle ajouté. "Il faut se fier aux faits, à la situation telle qu'elle est." (Natalia Zinets, Marine Pennetier et Simon Carraud pour le service français)