louboutin marseille pas cher Mon gras pas mal.

louboutin marseille Dans Minuscule, l'héroïne est une coccinelle. La bestiole est amusante. La Volkswagen à laquelle ce charmant insecte avait donné son nom ne manquait pas de charme non plus, avec ses ailes rondes comme des épaules de culturiste. Son moteur émettait un bourdonnement reconnaissable entre tous (il n'y avait que le bruit des vélomoteurs Honda pour être aussi unique). Dans sa version Combi, elle était la camionnette préférée des surfeurs. Il fut un temps où les voitures avaient de la personnalité. Elles se faisaient une fierté de ne pas ressembler à leur voisine. Les routes étaient un ­défilé hétéroclite et chamarré. Il n'y avait pas que la VW. Dans son genre, la deux-chevaux n'était pas mal non plus. C'était un véhicule de bonne s ur. Il fallait pratiquement s'arrêter pour rétrograder en première. Les Fiat 500 étaient des pots de yaourt sur quatre roues. Elles démarraient avec une toux de tuberculeux. La MINI Moke avait un côté jouet, Jeep pour enfant. Elle en jetait. Les françaises n'avaient pas tardé à l'imiter. Ce fut la Méhari avec sa carrosserie en plastique (à une époque, dans Paris, un cinglé ne trouvait rien de mieux à faire que de les brûler). On eut aussi droit à la Rodéo, plus carrée, souvent orange. Les gentlemen avaient un faible pour les Austin, ces boîtes d'allumettes à ras du bitume. Elles ne manquaient pas une occasion de rappeler qu'elles étaient les vedettes du film L'Or se barre. On disait qu'elles remportaient à chaque fois le rallye de Monte-Carlo. On les imaginait ­dérapant dans des virages enneigés. Les ministres avaient des goûts simples: ils se contentaient des DS, montées sur coussins d'air, avec leurs phares comme des yeux de requin. Ces modèles étaient des uvres d'art. D'illustres ingénieurs les concevaient dans leurs laboratoires secrets. Ces merveilles éblouissaient par leur diversité. Aujourd'hui, elles dorment dans des marchés aux puces, dans des garages de province, camouflées sous des tonnes de poussière. Les pièces de rechange sont devenues introuvables. Qui a décidé de leur disparition? Maintenant, le conducteur s'est transformé en client. Les progrès de l'industrie ne sont pas toujours évidents. Ces objets de collection ont fini à la casse, comme notre enfance. On se consolera en achetant une New Beetle ou une nouvelle MINI.