escarpin louboutin pas cher

escarpin louboutin pas cher

L'enseignement de la philosophie en France, liée à l'idéal républicain, n'a pas d'équivalent en Europe.

Luc Chatel, le ministre de l'Education nationale, a annoncé jeudi 18 novembre sa volonté de voir enseigner la philosophie au lycée dès la seconde, et non plus seulement en terminale à compter de la rentrée 2011. Cette annonce, faite à l'occasion de la Journée mondiale de la philosophie, a provoqué des réactions tranchées (par exemple: un professeur de Bergerac est contre; Onfray est pour).

«Etre libre, est-ce ne rencontrer aucun obstacle»? «Est-il absurde de désirer l'impossible?»... Est-il normal que tous les lycéens français aient à répondre à ces questions existentielles le jour de leur bac? Chaque année, l'épreuve la plus redoutée et discutée, «l'épreuve reine», donne le coup d'envoi du baccalauréat. L'aboutissement de huit heures de cours par semaine pendant l'année de terminale en série L, quatre en ES, trois en S, et deux dans la voie technologique. Pourquoi cette matière a-t-elle en France une telle valeur symbolique, une telle mission éducative au point d'être obligatoire, comme ce n'est pas toujours le cas en Europe?

Si ces dernières années les professeurs de philosophie n'ont cessé de dénoncer la dégradation de leur conditions de travail, la France demeure très bien lotie par rapport à ses voisins européens. Sa conception de la philosophie fondée sur la réflexion personnelle fait figure d'exception alors qu'ailleurs ce sont les cours d'histoires des idées et de religion qui tendent à remplacer la philosophie, celle aux questions existentielles que nous connaissons.

Rare en Europe

La France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal font partie des quelques pays d'Europe où il est obligatoire d'étudier la philosophie au lycée. Si elle n'est pas pour autant absente des enseignements ailleurs, la rendre obligatoire, et dans le cas de la France la donner en épreuve du bac, c'est lui reconnaître une vraie mission éducative et exiger de tous les citoyens qu'ils soient confrontés, au moins quelques heures dans leur vie, à des questions philosophiques... Sans philo, dans la vie adulte tu n'entreras pas.

Obligatoire, la philosophie l'est en France depuis le Premier Empire. A l'exception d'une éclipse de 1852 à 1863, année où le ministre de l'instruction publique Victor Duruy a fait passer l'épreuve de l'oral à l'écrit, elle l'a toujours été.

En Italie, en Espagne et au Portugal l'enseignement s'étale sur deux ans (Espagne, Portugal) ou trois (Italie). Mais seul l'enseignement portugais est vraiment proche du nôtre, avec comme en France, un programme par notions. En effet, en Italie ne sont enseignées que «des bribes d'histoire de la philosophie», souvent par des professeurs d'histoire, dans le cadre d'un cours qui porte le nom d'«Histoire des Idées». En Espagne, il ne s'agit pas non plus de philosophie à proprement parler, mais d'Education Civique la première année, et d'Histoire de la philosophie la seconde année.

En Allemagne, en Suisse, en Pologne, en Suède, la philosophie est un cours optionnel. En Allemagne ce caractère «optionnel» est dû à la «concurrence» des cours de religion dans un pays où subsiste une forte coopération entre l'Eglise et l'Etat: Dans certains länder, à partir de 14 ans les élèves doivent choisir entre cours de philosophie et cours de religion.

Au Royaume-Uni, il n'existe pas d'enseignement de la philosophie proprement dite dans le second degré, (c'est aussi le cas aux Etats-Unis). Si l'on peut trouver l'intitulé «Philosophie» sur certains programmes d'enseignement secondaire, il s'agit soit de cours de religion comparée ou d'exercices pratiques de logique.


Related Articles:
louboutin shoes
acheter louboutin
louboutin chaussure
chaussure louboutin
louboutin chaussure
chaussure louboutin pas cher